Interview Bilan de compétences : Emmanuelle GOLIES

« Je suis kinésithérapeute le matin et webdesigner l’après-midi. »

Bilan de compétences Emmanuelle GOLIES

 

Kinésithérapeute à Nice depuis 23 ans, Emmanuelle GOLIES a réalisé un bilan de compétences chez PERSPECTIVE cet été. Témoignage.

 

Pouvez-vous présenter votre parcours en quelques mots ?

« Cela fait 23 ans que j’exerce le métier de kinésithérapeute à Nice, principalement en libéral. En 20 ans, ce métier a beaucoup évolué, avec un travail administratif toujours plus important, notamment depuis la mise en place du tiers-payant.

Ces dernières années, je commençais fortement à fatiguer physiquement et mentalement. La pratique du métier a changé, mais mes motivations aussi. Il y a certaines spécificités de la kinésithérapie que je ne souhaite plus pratiquer aujourd’hui.

J’ai donc décidé d’arrêter pour ne pas que ma démotivation ait un impact trop négatif sur mes patients... »

 

 

 

Qu’est-ce qui vous a amené à faire un bilan de compétences ? Comment l’avez-vous découvert ?

« Le bilan de compétences est quelque chose dont j’ai entendu parler dans l’actualité. C’est un dispositif dont on parle de plus en plus.

Il faut dire aussi que ma belle-soeur a changé de métier il y a quelques années, après avoir effectué un bilan de compétences. Donc cela m’a encouragé.

 

J’ai commencé par acheter un livre sur le bilan de compétences, pensant que je pourrai me débrouiller toute seule. Puis je me suis rendu compte que la meilleure solution était d’être encadrée et conseillée par des professionnels. »

 

Quels secteurs d’activité vous intéressaient avant d’aborder votre bilan de compétences ?

« J’avais quelques idées, mais rien de très clair. Je savais juste que je voulais sortir du secteur de la santé. J’avais quelques pistes, en rapport avec mes loisirs et mes centres d’intérêt, notamment la pâtisserie, sans avoir de projet précis.

 

J’avais aussi envie de me lancer dans la nature, l’écologie, l’environnement, le développement durable, pour exercer un métier en plein air plutôt que d’être enfermée…

 

C’était les deux branches qui m’intéressaient. Puis le bilan de compétences m’a permis de découvrir d’autres branches et d’autres métiers... »

Comment s’est déroulé votre bilan de compétences ?

« J’ai commencé mon bilan début juin, et il s’est terminé en septembre. Je n’ai pas arrêté d’exercer mon métier de kinésithérapeute pour autant. J’ai continué, et je suis toujours en train de travailler. »

Qu’en avez-vous conclu ?

« Finalement, je ne me suis pas dirigée vers les métiers de la pâtisserie et de la nature, pour plusieurs raisons, notamment les changements d’horaires. Je me suis dit qu’après plus de 20 ans dans la même activité, j’aurais du mal à changer de rythme.

 

Pour ce qui est de la nature, il s'agissait de métiers assez physiques, ce qui m’effrayait aussi.

 

Mon bilan de compétences m’a permis de découvrir un métier auquel je n’avais pas pensé et qui m’intéresse beaucoup, pour son caractère créatif et artistique, c’est le métier de webdesigner.

 

Nous avons cherché plusieurs écoles. Puis il a fallu trouver une formation qui corresponde à mes disponibilités actuelles, ne pouvant pas arrêter mon activité professionnelle du jour au lendemain. »

Où en êtes-vous aujourd’hui ?

« Nous avons trouvé une formation à distance qui s’adapte parfaitement à mon maintien d’activité, dans une école située à Angers.

 

J’ai commencé à suivre cette formation début octobre, après avoir divisé mon temps de travail par deux. Depuis un mois, je suis kinésithérapeute le matin, et formée au web-design l’après-midi.

 

J’ai eu un temps d’adaptation au début, mais je commence à prendre le rythme. C’est beaucoup de travail, c’est très intense. Mais c’est aussi très intéressant. J’apprends plein de nouvelles choses. »

Avez-vous une vision plus claire de votre avenir professionnel désormais ?

« Complètement. Mon projet consiste à arrêter mon activité de kiné dans un an, dès que ma formation sera terminée. Puis d’essayer de trouver un poste, dans une agence de communication, par exemple. Dans un deuxième temps, j’envisage de me lancer en freelance»

Recommanderiez-vous le bilan de compétences autour de vous ?

« Je suis ravie de mon bilan de compétences. Je le conseille à toutes les personnes qui s’interrogent sur leur avenir professionnel et le recommanderai évidemment autour de moi»

09 72 55 35 86

du lundi au vendredi de 9h à 18h

2018 © Groupe Perspective